Articles et chroniques

Les jésuites Végés et la compétition du plus végane ( Paul Watson )

jhjh

Il semble parfois que nous sommes nos propres ennemis.

Il est à prévoir que les mangeurs de viande sur la défensive attaquent les végétariens et les vegans. Nous sommes tous habitués au vitriol et au ridicule. Mais c’est autre chose que de voir des vegans attaquer des végétariens, ou même pire, des vegans attaquer des vegans. Je reçois sans cesse des lettres d’insultes m’accusant de tout, de manger des sandwichs au thon jusqu’à avoir un congélateur secret rempli de viande sur nos bateaux. Il semble que l’on peut inventer n’importe quoi sur n’importe qui. La rumeur s’amplifie sur internet et peut parfois devenir virale, et certainement internationale. D’habitude, il en résulte un déluge d’accusations, de dénonciations et d’incriminations hystériques et infondées.

On m’a accusé de tellement de choses que cela ne me touche plus. C’est tout bonnement amusant. De nos jours, nous ne profitons plus du travail des rédacteurs en chef, des contrôleurs d’information, ou de tout respect de la vérité. Les opinions deviennent des faits et leur opposition devient mensonge. Voici quelques unes des accusations les plus amusantes que j’ai reçues depuis toutes ces années : j’ai fait fortune en trafiquant du corail noir menacé d’extinction, je suis un trafiquant d’armes international, un assassin du KGB, un amateur de pêche sportive. Telle personne a dit à une autre qu’elle m’avait vu manger un sandwich au thon, un cheeseburger ou du foie gras et du caviar. Beaucoup de ces accusations ridicules proviennent de personnes qui se considèrent vegans et donc bien plus saintes que n’importe qui d’autre.

C’est tellement absurde que cela va jusqu’à traiter quelqu’un comme Ellen Degeneres, qui a fait tellement avancer la cause vegan, d’hypocrite à cause de son sketch sur les pizzas aux Oscars [2014] Le « tu n’es pas un vrai vegan » est devenu une arme de choix dans les conflits relationnels ou de personnalités. J’ai rendu mes expéditions exclusivement vegans il y a 15 ans. Auparavant, certaines étaient végétariennes. Malgré cela, Sea Sheperd est constamment critiqué parce que quelqu’un a vu une personne, quelque part, qui portait un t-shirt ou un sweatshirt Sea Sheperd, et qui mangeait un hot dog. On a même été critiqués parce qu’on autorisait des non vegans à devenir membres d’équipages.

L’une des accusations les plus ridicules consiste à dire que les expéditions de Sea Sheperd ne sont pas vegans pour les « bonnes » raisons. Il existe apparemment différents types de vegans, motivés par différentes raisons comme les problèmes de santé, les préoccupations éthiques, ou touchant à l’environnement et à la conservation.

Ma pureté est suspecte parce que j’ai défendu le véganisme comme alternative à la destruction de la vie dans nos océans. Il ne s’agit pas juste de la pêche pour nourrir l’Homme. Près de 40% du poisson pêché de la mer est transformé en nourriture pour le saumon domestique, les poulets et les porcs de l’élevage industriel, les animaux à fourrure et les chats domestiques.

L’industrie de la viande est le plus grand contributeur du changement climatique, de l’épuisement des nappes phréatiques et du gaspillage des sols par la déforestation.

Selon moi, les défenseurs de l’environnement doivent être vegans, ce qui m’a attiré les foudres des groupes environnementaux généralistes comme le Sierra Club et Greenpeace. J’ai été directeur national du premier, et co-fondateur et directeur du second.

Il faut s’attendre à ces attaques. Personne ne défend autant son assiette qu’un mangeur de viande. Les attaques venant des vegans, c’est tout autre chose.

Pour moi, les raisons pour lesquelles on devient vegan ne sont pas vraiment importantes. L’éthique, l’environnement, la santé, la mode ou la religion… ce n’est tout simplement pas important. Il n’y a qu’une seule chose qui compte, c’est qu’un animal ne souffre pas et ne meure pas pour nourrir l’un d’entre nous. Cerise sur le gâteau, c’est meilleur pour la santé et ça profite grandement à nos écosystèmes. Les mouvements pour l’environnement et les droits des animaux n’ont vraiment pas besoin de ces chamailleries stupides et improductives sur « qui est éthiquement plus pur que les autres ».

Nous devons aussi être plus tolérants. La plupart des vegans ne l’ont pas toujours été et les gens sont plus influencés par l’exemple et la compréhension, que par un prosélytisme agressif et grossier. On a besoin d’une conversion dans l’esprit de Saint François, et pas par Saint Ignace de Loyola.

Quand j’entends : « Je l’ai vue manger un hamburger il y a 5 ans ! »… et alors ? Cela n’a rien à voir avec ce qu’elle fait maintenant !

J’ai été pris à partie par ce que j’appelle un « Jésuite végé » [Veggie Jesuit] parce que je mangeais un hamburger dans un restaurant. Cette personne était furieuse, me traitait d’hypocrite jusqu’à ce que je lui fasse remarque que ce « hamburger » était en fait un « veggie burger ». Ca lui a cloué le bec, mais pas pour longtemps. Quelques mois plus tard, j’ai vu un post publié par la même personne, disant qu’elle m’avait vu manger un « hamburger » et me qualifiant d’hypocrite. Les commentaires au post disaient : « Oui, tout le monde sait que c’est un viandard, bla, bla, bla… ».

Et bien sûr, cela doit être vrai parce que c’était sur Facebook et les gens croient ce qu’ils veulent croire.

En 1980, peu de gens avaient déjà entendu parler du véganisme. Aujourd’hui, c’est un mouvement en pleine croissance, qui se renforce chaque jour. Le véganisme est le futur de l’humanité, si nous avons un futur tout court.

Une autre chose qui m’embête vraiment chez certains vegans, c’est qu’ils attaquent des causes qu’ils devraient soutenir. Par exemple, quand les gens contestent la vente de [viande de] lapin chez Whole Foods, les réactions prévisibles déferlent, comme : « Oui mais ils vendent aussi du bœuf, du porc et du poulet ! Et eux alors ? ».

Cela présuppose que celui qui défend les lapins déteste les vaches, alors qu’il livre une bataille dont la victoire est possible et qu’il essaie d’empêcher l’escalade de l’abattage chez Whole Foods. Je reçois les mêmes réactions à nos campagnes de protection des dauphins : « Oui mais, et les vaches ? ».

On dirait qu’ils ne comprennent pas la définition de « Sea Sheperd ». Nous ne sommes pas les bergers des pâturages ou des fermes. Oui, la détresse des vaches et des cochons est importante et nous ne les mangeons pas, mais il est ridicule de discréditer une campagne en faveur d’une espèce en demandant son abandon au profit d’une autre. C’est comme si j’allais chez des activistes anti-corrida en leur disant : « Hé, et les dauphins ? ».

Nous avons des buts communs et nous devrions nous complimenter au sein d’un mouvement de diversité, au lieu de lutter pour attirer l’attention des autres sur nos objectifs spécifiques. En chemin vers ce but, nous devons nous montrer compréhensifs, encourageants, et montrer l’exemple. Nous devons aussi arrêter de diffuser des rumeurs vicieuses et de nous servir du véganisme pour notre propre bénéfice quand il s’agit de conflits de personnalités et de compétition.

Le véganisme est sur le point de devenir un mouvement global, ce qui requiert de la diversité, parce que la diversité, c’est la force. Pour devenir plus forts, nous devons comprendre le concept militaire d’identification de l’ennemi. Et tous les vegans, quelles que soient leurs motivations, leurs activités ou l’intérêt, sont les maillons d’une chaine qui se renforce constamment.

Le véganisme, c’est la compassion. La compassion pour les animaux, pour la planète et pour le futur de tous les êtres vivants.

 

 

Commentaires Facebook

6 Comments

  • Ha merci !!!!! Entièrement de votre avis. Les insultes envers les non vegan m’insupportent particulierement et je vous rejoins sur chaque point et surtout et notamment sur la compassion. Je commente dans ce sens régulièrement et ne doute pas que sur ce point aussi nous réussirons. Tres cordialement. Claudine

  • Bonsoir,
    Je suis heureuse de lire cela, oui être vegan c’est être compatissant, tolérant, être contre la violence ..alors oui il faut rester vigilant à ne pas sombrer dans le sectaire et l’intolérance, rester ouvert et savoir faire des compromis aussi pour mieux avancer ensuite… et surtout rester uni ! Si chacun défend un petit bout de cause, fait un petit geste le monde pourra changer. Merci pour votre texte si vrai.
    Cordialement
    Hermance

  • je pensai fortement que la restauration et proteger , aimer , sauvegarder , la planete ,etait deux choses différente un peut d’histoire les indiens d’Amérique du nord etaient les premiers a respecter la faune et la flore pourtant il mangeaient du bisons et des antilopes , l’homme a toujours était un CHASSEUR cueilleur donc se quereller pour une question de végétarien ou Vegans ou mangeur de poissons ou viandes !!!ça confirme juste une chose ce que les hommes valent ………..pas grand chose quoi qu’ils mangent

  • bonjour

    mon commentaire est sans agressivité aucune
    j’aimerai juste savoir une chose…je suis une personne qui est dans la defense animale depuis 20 ans je suis deleguee enquetrice pour la SPA. je suis omnivore je mange un peu de viande du poulet pour etre precise.
    mais voila mm si je ne mangeais pas de viande et que l’on ne tuait plus de betes comment nourrir mon chien?
    ne me dites pas du tofu c’est absurde et ce n’est pas respecter l’animal et sa santé?

    donc je suis votre raisonnement …il faudrait donc laisser s’eteindre les chiens car se sont des loups et des carnivores
    qu’elle est votre position la dessus?

    merci

Leave a Comment