Evénements

Conférence de Martin Gibert  » Voir son steak comme un animal mort », le 17 décembre à Bruxelles

sdsdssdfsdf

Attention , il y a du changement , pour la conférence de Martin Gibert , elle aura lieu au 18 de la Galerie Ravenstein et plus au 40. Pour les réservations , c’est par paiement sur ce compte  VEGETIK ASBL : BE90 0016 4383 3132 . Code BIC : GEBABEBB et mentionnant que c’est pour la conférence et le nombre de place + nom des personnes.Cette conférence rend compte de travaux qu’il a présentés dans un ouvrage portant le même titre, présenté ainsi :

La plupart des gens désirent le bien des animaux. Mais voilà : ils aiment aussi leur steak. C’est ce qu’on appelle le paradoxe de la viande. Nous ne voulons pas voir que ce que nous mangeons, c’est de l’animal mort.

De plus en plus de chercheurs expliquent ce phénomène de « dissonance cognitive » par des pratiques sociales et des croyances qui visent précisément à occulter la souffrance animale. Tout converge pour nous convaincre, depuis l’enfance, qu’il est normal, naturel et nécessaire de consommer des produits d’origine animale. Pourtant, dans les faits, rien n’est moins vrai – tant du point de vue de la santé que de l’éthique animale et environnementale.

Vous pouvez lire l’introduction de l’ouvrage en libre accès.

L’intervenant :

Docteur en philosophie, Martin Gibert enseigne l’éthique et la philosophie du droit. Il a déjà publié L’imagination en morale (Hermann, 2014). Chercheur affilié au Groupe de recherche interuniversitaire sur la normativité (GRIN), ses recherches portent sur l’imagination, la perception morale et la psychologie morale. Il s’intéresse aussi à l’éthique normative et appliquée.
Il est également rédacteur en chef de Versus, magazine végane Montréalais.
Dans son essai accessible et engagé Voir son steak comme un animal mort, Martin Gibert propose une synthèse des débats contemporains sur le paradoxe de la viande. Ce faisant, il présente le véganisme, un mouvement moral et politique en pleine émergence qui lutte pour la justice animale, sociale et environnementale.

 

Commentaires Facebook

Leave a Comment