Actualités

La viande rouge encore une fois montrée du doigt par la communauté scientifique.

4baec47743_50016920_steack-fotoosvanrobin-fotopedia-cc-20-02

Source Reuters Information

Selon une très vaste étude américaine, manger plus de viande rouge est associé à un risque accru de décès de huit maladies fréquentes, incluant le cancer, le diabète et la maladie cardiaque, de même que de « toutes autres causes. »

Les chercheurs ont examiné les données de presque 537.000 adultes âgés de 50 à 71 ans et ont découvert que les personnes qui avaient consommé le plus de viande rouge avaient une probabilité 26% plus élevée par rapport à ceux qui en mangeaient le moins de mourir d’une variété de causes différentes.

Mais les personnes qui consommaient le plus de viande blanche, incluant la volaille et le poisson, étaient 25% moins susceptibles de décéder de toutes causes durant la période d’étude, par rapport aux personnes qui en consommaient le moins, rapportent les chercheurs dans The BMJ, paru en ligne le 9 mai.

« Nos résultats confirment les rapports antérieurs concernant les associations entre la viande rouge et les décès prématurés, et ils sont aussi suffisamment importants pour montrer des associations similaires pour neuf causes différentes de décès, » a déclaré l’auteur principal de l’étude, Arash Etemadi, de l’Institut National du Cancer.

« Nous avons aussi découvert que pour la même quantité de viande rouge consommée, les personnes qui rapportaient une alimentation contenant une proportion plus élevée de viande blanche, présentaient aussi des taux de mortalité prématurée plus faibles, » a déclaré Etemadi par e-mail.

Pour l’étude, les chercheurs ont suivi la santé et les habitudes alimentaires de personnes issues de six états des USA et de deux zones métropolitaines, pendant environ 16 ans. Ils ont analysé les données de l’enquête sur la quantité totale de viande consommée, de même que les consommations de viande rouge et de viande blanche, sous forme de charcuterie ou non. La viande rouge incluait le bœuf, l’agneau et le porc, tandis que la viande blanche incluait le poulet, la dinde et le poisson.

Ensuite, les chercheurs ont trié les personnes en cinq groupes selon la consommation de viandes rouge et blanche, afin de voir si cela influençait leur probabilité de décès durant la période d’étude.
Ils ont examiné les décès suite à neuf pathologies, incluant le cancer, les maladies cardiaques, l’AVC et la maladie cérébrovasculaire, les maladies respiratoires, le diabète, les infections, la maladie d’Alzheimer, la maladie rénale, la maladie hépatique chronique, de même que toutes les autres causes.

Globalement, 128.524 personnes sont décédées, le cancer, la maladie cardiaque, la maladie respiratoire et l’AVC constituant les principales causes de décès. Seul le risque de maladie d’Alzheimer n’était pas lié à la consommation de viande rouge.

Certains ingrédients de la viande rouge, incluant les nitrates et l’hème du fer, peuvent aider à expliquer pourquoi elle est liée à des taux de mortalité plus élevés pour toutes les autres causes de décès, argumentent les auteurs.

La plus forte consommation d’hème de fer était associée à une probabilité 15% plus élevée de décès prématuré par rapport à la consommation la plus faible, selon l’étude.
Les nitrates de la viande transformée étaient associés à un risque accru de 15% de décès de toutes causes, tandis que les nitrates de la viande non-transformée étaient liés à un risque accru de mortalité de 16%, selon l’étude.

L’étude n’était pas une expérience contrôlée prévue pour prouver le niveau d’influence de certains types de viande sur la mortalité.
D’autres limitations incluent le fait de se fier à des enquêtes, de demander aux participants de se rappeler et de rapporter leurs habitudes alimentaires, et le manque de données quant aux changements d’alimentation des personnes au cours du temps, notent les auteurs.

Quand bien même, les résultats devraient renforcer le besoin chez de nombreux adultes de réduire la consommation de viande, a déclaré le Dr. John Potter, du Centre pour la Recherche en Santé Publique, à l’Université Massey de Wellington, en Nouvelle-Zélande.

La viande transformée peut produire des agents chimiques causant le cancer, tandis que les graisses saturées des viandes peuvent accroître le risque de maladie cardiovasculaire, a déclaré par e-mail Potter, auteur d’un éditorial. Choisir de la viande organique pourrait ne pas changer le risque de décès prématuré, a ajouté Potter.

« La mortalité est plus élevée avec une plus forte consommation de viande pour toutes les causes de décès, excepté pour l’Alzheimer, » a déclaré Potter.

« Le vrai problème clé avec tout cela est que le niveau actuel de consommation de viande, dans l’essentiel du monde développé et de plus en plus dans les pays à bas et à moyen revenus, a atteint un niveau inégalé dans l’histoire humaine, » a déclaré Potter. « Nous devons réduire la consommation de viande à environ un dixième de son niveau actuel. »

29/05/2017 Auteur: Lisa Rapaport Source: BMJ 2017.

Commentaires Facebook

Leave a Comment