Actualités

Le mythe de la viande est mort: Les protéines végétales sont aussi performantes que les protéines animales

Fotolia_87728831_Subscription_XL

Une étude publiée la semaine dernière dans l’American Journal of Clinical Nutrition a constaté que les protéines alimentaires provenant de sources végétales avaient le pouvoir de générer du muscle aussi bien que les protéines provenant de sources animales. Cependant la viande contient des substances qui sont nocives pour notre santé, les résidus d’antibiotiques, les hormones, les graisses saturées, les graisses trans, les endotoxines, le cholestérol, les amines hétérocycliques et des contaminants tels que des niveaux élevés de métaux dont le cuivre et l’arsenic. Ces éléments indésirables augmentent l’inflammation et peuvent favoriser diverses maladies faisant de la viande une option moins souhaitable lorsque le renforcement musculaire et la santé à long terme sont considérés.

De 2002 à 2005, les chercheurs de l’Institut hébreu « Aging Research » et de l’Université du Massachusetts ont observé la masse musculaire, la force, et la densité osseuse de 3000 participants en lien avec les habitudes alimentaires, les personnes observées étaient âgées de 17 à 72 ans. Ils ont constaté qu’un bon apport en protéines conduit à une meilleure santé musculaire et squelettique, cependant la source de protéine n’est pas importante, qu’elle soit végétale ou animale c’est sans importance. «Nous savons que les protéines alimentaires peuvent améliorer la masse musculaire et la force » , a déclaré le chercheur principal, le Dr Kelsey M. Mangano. « Cependant, jusqu’à présent, nous ne savions pas si une source de protéines alimentaires était meilleure qu’une autre au niveau des performances. »

La nouvelle étude publiée le 8 février, 2017 a confirmé qu’il n’y avait pas de différences au niveau de la masse musculaire, si l’on se réfère aux habitudes alimentaires des gens, ceux qui mangent une part importante de légumineuses ont un développement musculaire identique à ceux qui mangent de la viande rouge.

Lien vers l’étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition http://ajcn.nutrition.org/content/early/2017/02/07/ajcn.116.136762.abstract?sid=187de680-e319-4d4d-8179-da6ab0835359

Commentaires Facebook