Actualités

Les bouddhistes chinois végétariens permettent une réduction de gaz à effet de serre d’un dixième des émissions françaises.

1280px-Korea-Seoul-Insadong-Sanchon-02

Une nouvelle étude a constaté que les bouddhistes chinois contribuent à réduire de 40.000.000 de tonnes les émissions de gaz à effet de serre chaque année en mangeant végétarien. Cela équivaut au dixième des émissions totales de GES d’un pays comme la France.

L’étude, rédigée par Ampere A. Tseng, de l’Arizona State University, intitulée « Réduction des émissions de GES par les bouddhistes chinois végétariens » fournit une évaluation quantitative qui a été publiée dans « the Journal of Contemporary Buddhism ». L’étude suggère que les avantages environnementaux pourraient encourager davantage les bouddhistes à adopter le végétarisme comme comportement alimentaire.

Contrairement à la croyance populaire, le végétarisme n’est pas un principe universel du bouddhisme, mais de nombreux enseignants bouddhistes encouragent leurs élèves à pratiquer le végétarisme et dans certaines écoles monastiques , il est interdit de manger de la viande.
Il y a un mouvement provégétarien qui prend de l’ampleur dans le bouddhisme tibétain : le Karmapa, le chef de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain encourage clairement les fidèles à adopter une alimentation végétale et le célèbre moine bouddhiste Matthieu Ricard (connu dans les médias comme «l’homme le plus heureux du monde») a récemment défendu cette alimentation dans le livre « Plaidoyer pour les animaux ».

Commentaires Facebook