Alimentation humaine : Que dit le corps ?

Source en anglais : The Comparative Anatomy of Eating – Traduction et mise en forme pour libertero@gmail.com 

Les êtres humains sont le plus souvent décrits comme «omnivores» . Cette « observation » repose sur le fait que les humains se nourrissent, en général, d’une grande diversité d’aliments végétaux et animaux. Cependant , les cultures et les coutumes sont plutôt des facteurs de confusion et « l’observation » des pratiques alimentaires n’est pas la meilleure technique à utiliser quand on essaye d’identifier le régime alimentaire le plus «naturel» . Alors que la plupart des humains sont clairement des omnivores par leur comportements, la question demeure de savoir si les humains sont anatomiquement adaptés à un tel régime incluant animaux et végétaux.

Une technique plus objective, et donc de meilleure qualité, consistera à examiner l’anatomie et la physiologie humaine. Les mammifères sont anatomiquement et physiologiquement adaptés à se procurer et à consommer les aliments convenant à leurs régimes alimentaires – Il est de pratique courante, lors de l’examen des fossiles de mammifères disparus, d’examiner les détails anatomiques pour en déduire le régime alimentaire probable de l’animal – Par conséquent, nous pouvons examiner l’anatomie des mammifères carnivores, herbivores (mangeurs de plantes) et omnivores pour voir quelles fonctions anatomiques et physiologiques sont associées à chaque type de régime alimentaire. Ensuite, nous pourrons examiner l’anatomie et la physiologie humaine pour déterminer à quel groupe nous appartenons.

anatomieompgAnalyse détaillée

La cavité buccale (la bouche)

Les carnivores

Les carnivores ont une ouverture de la bouche large par rapport à la dimension de leur tête. Cela confère des avantages évidents dans le développement des forces utilisées pour la saisie, le meurtre et le démembrement de leurs proies. La musculature faciale est réduite, carces muscles gêneraient une large ouverture de la bouche, et ne jouent aucun rôle dans la préparation de l’animal à avaler sa nourriture. Chez tous les mammifères carnivores, l’articulation de la mâchoire est une articulation à charnière simple, située sur le même plan que les dents. Ce type d’assemblage est extrêmement stable et agit comme le pivot d’un « bras de levier » formé par les mâchoires supérieure et inférieure. 

 Le muscle principal utilisé pour l’exploitation de la mâchoire chez les carnivores est le muscle temporal. Ce muscle est si massif chez les carnivores qu’il représente pour la plupart, la majeure partie des côtés de la tête (quand vous caressez un chien, vous caressez ses muscles temporaux). L’angle de lamâchoire inférieure chez les carnivores est faible. Ceci parce que les muscles masséter etptérygoïdiens, qui se fixent là, sont d’une importance mineure pour ces animaux. La mâchoire inférieure des carnivores ne peut aller d’avant en arrière, et très peu d’un côté à l’autre. Lorsque la mâchoire d’un carnivore se ferme, le cisaillement formé par le passage des molaires taillées les unes par rapport aux autres donne un mouvement  très efficace pour extraire la viande des os.

 Les dents d’un carnivore sont trop espacées pour piéger convenablement les débris fibreux. Les incisives sont courtes, pointues e tleur brochage est utilisé pour saisir et déchiqueter. Les canines sont allongées comme des dagues pour poignarder, déchirer et tuer leurs proies. Les molaires (carnassières) sont aplaties et triangulaires avec des bords dentelés de telle sorte qu’elles fonctionnent comme le tranchant des dents des lames de scieEn raison de l’articulation en charnière, quand un carnivore ferme sa mâchoire, les dents jugales se réun