L’élevage est une technologie dépassée au 21e siècle

1
1185

L’élevage a un très mauvais bilan quant à la quantité d’aliments produits par hectare de terre cultivée. En gros, vous pouvez considérer qu’en fournissant 10 calories d’origine végétale à un animal, celui-ci ne vous en restituera qu’un dixième par l’intermédiaire de sa chair. Le reste aura été utilisé par l’animal pour assurer ses fonctions vitales (respiration, digestion, homéostasie du corps ) ou aura été rejeté comme déchet après le processus  de digestion.

Le même calcul est valable pour les protéines. Par exemple, un hectare de soja fournit 500 kg de protéines végétales pour à peine 50 kg de protéines animales,  si vous nourrissez  des animaux  avec l’équivalent de végétaux.

La disparition de l’élevage est d’abord inscrite dans les lois de la thermodynamique, ce procédé est peu rentable et subsiste encore grâce aux nombreuses subventions et au fait que les contribuables paient les coûts environnementaux. Si on passait au principe de pollueur payeur, la plupart des élevages disparaîtraient dans les pays développés.

L’élevage est dangereux du point de vue épidémiologique. Nous savons qu’en favorisant la promiscuité entre les hommes et les animaux, de nombreux virus et bactéries ont franchit la barrière des espèces . De plus, l’utilisation d’antibiotiques pour soigner les animaux co