spot_img

L’immense partie du territoire Wallon non urbain sert à produire de la bidoche

Il existe des porcs élevés en plein air en Wallonie, mais en 30 ans de promenades , je n’en ai vu qu’une fois du côté d’Aubel et il n’y en avait royalement que 4 dans un pré. S’ils existent ces porcs libérés , où sont-ils ? On produit 30 000 porcs bio en Wallonie , cela n’implique d’ailleurs pas qu’ils puissent sortir, car le bio est également devenu une industrie. Mais nous en tuons 12 millions par ans en Belgique (ce qui nous donne un ratio porc chanceux/ porc crevard assez faible). Qu’il existe quelques animaux livrés à des éleveurs respectueux , j’en conviens, mais 1) ils sont livrés (donc considérés comme de la marchandise, des objets utilisés pour une finalité financière) 2) cela ne doit pas être l’argument utilisé à tout bout de champ pour justifier la complaisance, la complicité de la population vis-à-vis des camps de concentration animale ( point Godwin ? non désolé le mot « concentrationnaire » est factuel et ne doit pas être confondu avec camp « d’extermination » qui lui ne convient pas ) disséminés un peu partout dans nos campagnes. J’ai personnellement été visité un élevage de Blanc Bleu Belge – BBB présenté comme vertueux, qui en parallèle, élevait des poules dans un hangar concentrationnaire.

En Wallonie on nous présente toujours les bovins quand on veut donner une bonne image de l’élevage, car ce sont les seuls animaux élevés en plein air (à l’exception de quelques élevages de poules) . Mais ils ne représentent que 5 % des 25 millions d’animaux tués chaque année dans notre région.

En conclusion, la persistance de la mouvance écolo (les autres, n’en parlons même pas) de montrer les quelques élevages vertueux comme la solution au biocide causé par l’élevage (je compte les animaux tués pour l’alimentation + ceux tués pour permettre la production de végétaux destinés à ces animaux – 90 % des céréales wallonnes servent à nourrir nos animaux d’élevage) est un énième effet de la dissonance cognitive dans laquelle se réfugient tant de gens.

Alors que le facteur alimentation carnée est le 2e facteur incriminé dans les émissions de GES et qu’il est le premier au niveau de la disparition des espèces, les écolos nous proposent (avec peu de convictions) un jour sans viande dans les cantines et axent toutes leurs propositions sur des mesures visant les milieux urbains ou résidentiels (leur électorat : isolation des maisons , piste cyclable , transport en commun) . Le vivant lui , continue à périr là ou il y en a encore un peu, c.-à-d. dans nos campagnes (disparition des oiseaux et des animaux des plaines à cause des monocultures industrielles) et nos forêts (les chasseurs relâchent 144 000 faisans et perdrix chaque année – tuent les renards qu’ils considèrent comme des concurrents – nourrissent les sangliers et les chevreuils pendant l’hiver pour s’assurer de beaux tableaux de chasse) .

Qui peut contester que l’immense partie du monde vivant wallon est sacrifiée sur l’autel de la bidoche ( chasse – élevage ) et des produits laitiers ? Il y aura de l’écologie en Wallonie quand le ministre de l’Agriculture ne sera pas un porte-parole de la FWA ( Fédération wallonne des Agriculteurs ) et du Royal Saint-Hubert Club (chasse) comme l’est visiblement Mr Borsu et Mr Collin (1) .

La viande et le lait ne sont pas nécessaires à une alimentation équilibrée et se situent en haut de la pyramide alimentaire, ce qui signifie que ces aliments doivent être consommés avec parcimonie . Par contre, les fruits, légumes, légumineuses et céréales sont nécessaires pour vivre en bonne santé. Bizarrement, notre agriculture (et les millions de subventions qui vont avec) est essentiellement consacrée à des aliments dispensables, et gloutons en terres, engrais, pesticides et dont le bilan carbone est très problématique à un moment où notre histoire est marquée par un changement climatique qui va rendre notre planète inhabitable pour notre espèce (si on dépasse les 450 ppm de Co2/ m3 et on en est aujourd’hui à 417 avec une belle augmentation suite aux feux géants Amazonien et Australien )

(1) Mr Collin a été président en 2014 de l’Association de Défense des Producteurs Laitiers et Monsieur Borsu, en bon condruzien a été élu par un électorat vivant dans des communes dont l’économie est centrée sur la production de viande de BBB et de lait d’Holstein . Des races artificielles à hauts rendements nécessitant un très grand apport en céréales et en soja. Par ailleurs les meilleurs terres wallonnes ( les terres limoneuses ) servent à produire des céréales qui iront majoritairement engraisser poules, veaux , vaches , cochons alors qu’elles pourraient être beaucoup plus profitables à la production d’aliments directement destinés aux humains.

Source du graphique: État des lieux des flux céréaliers en Wallonie selon
différentes filières d’utilisation https://popups.uliege.be/1780-4507/index.php?id=16836&file=1&pid=11161

F.Derzelle

Président de Végétik

Commentaires Facebook

Related Articles

Stay Connected

0FansLike
3,312FollowersFollow
19,600SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles